Saturday, April 14, 2007

Alliance idea gains momentum


Today Bernard Kouchner, the co-founder of Doctor's Without Borders and a Segolene Royal supporter, said in an editorial that the Socialists should seize the opportunity to ally with the UDF's Francois Bayrou, a proposition first voiced by former Socialist PM Michel Rocard yesterday.

"For the first time in thirty years, the party of Francois Bayrou has not challenged the reforming left. Let us seize this chance...like our European neighbors, able to succeed where we failed, this left should not refuse alliance with a renovated center.

I supported sufficiently Ségolène Royal and worked with her to know that she can orchestrate this essential change calmly. I know that alliances will be tied only after the first round."


Technorati tags: , , , , , , , , , , , ,

3 comments:

Régis said...

Ouh la la! l'idée fait son chemin... Sarkozy compte les jours! (comme titre Le Monde à paraître). En tout cas il a sérieusement du souci à se faire.. On peut souligner son erreur stratégique que signalerait cette 'alliance', quelque soit sa forme: la droitisation de son discours et son flirt avec le Front National, rendant légitime un rapprochement des modérés. En tout cas cela promet pour les 3 semaines qui viennent!

clara said...

Des soucis à se faire ? Tout au contraire. Cela ne va pas changer les électeurs de droite en électeurs de gauche. Et maintenant on sait que Bayrou et bien de gauche. La droite est majoritaire en France et va gagner. Les électeurs de droite ne votent pas pour Sarkozy en tant que personne, mais pour son programme qui est une chance unique pour faire revenir la France parmi les premières puissances mondiales. Et contre ce désir aucune alliance de gauche n'y peut rien.

Régis said...

Etrange syllogisme: Bayrou est de gauche (sic), et la France est de droite... Sarkozy sera élu, cqfd.
Comment expliquer dès lors que Bayrou gagne dans tous les cas de figure contre Sarko? Les lignes ne sont pas si claires que cela, c'est bien l'enseignement de cette campagne.
Un second enseignement, mais qui n'en est pas vraiment un, tient au fait que la Présidentielle est l'élection par excellence où l'on vote pour une personne, et/ou contre une personne.
Un troisième enseignement, qui est de taille, est que l'on inclut dorénavant sans scrupule le Front National dans la droite républicaine; il faut reconnaître que certains donnent l'exemple. Préparer la place et le rayonnement de la France dans le monde en prenant appui sur la misère morale du pays (les millions de frontistes), voilà une belle idée, à laquelle Chirac lui-même ne s'était jamais résolu. Mais qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse!
Je n'ai guère le sentiment que ce sont les programmes qui sont au coeur de l'indécision ou de la décision des électeurs, que les personnalités des candidats. On peut le regretter, mais c'est ainsi, et cela non plus ce n'est pas nouveau.